Entreprise

Peut-on acheter des parts dans une pharmacie ?

Par Alexandra, le 7 avril 2021
85dce4ceb7b30324595ac7fd2486bc57 html 6e4fdf98

Le métier de pharmacien est particulièrement réglementé et la vente de médicaments est d’ailleurs un monopole exclusivement réservé à cette profession. De nos jours, les pharmacies se reprennent d’ailleurs plus qu’elles ne se créent car il existe beaucoup d’officines maillant le territoire. De même, c’est une activité qui nécessite outre des compétences en gestion et management forts, un capital de départ déjà important. Cet aspect financier rend l’accès plus restreint à certains investisseurs et mérite une attention particulière dans le montage du business plan comme le suggère d’ailleurs l’un des professionnels de l’achat revente de pharmacies les plus reconnus, le Cabinet Plumecoq. Zoom sur les questions préalables avant d’envisager une prise de participation au capital d’une pharmacie.

La forme juridique de l’essentiel des pharmacies

Pour l’essentiel, la forme juridique d’une pharmacie de nos jours permettant une entrée au capital est la SEL (Société d’Exercice Libéral). Bien entendu, en général pour de plus petites structures, il existe aussi la SELARL (Une SEL à Responsabilité Limitée). Dans tous les cas, il s’agit de disposer du diplôme d’Etat de pharmacien pour pouvoir envisager d’acheter des parts dans une pharmacie. Dans une reprise, ce critère personnel sera par exemple décisif pour avoir des autorisations auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) et de la Préfecture sous son avis éclairé.

Le choix de la SEL est assurément l’n des meilleurs moyens de permettre à des associés de se joindre à l’aventure. Toutefois, la règlementation est stricte sur la qualité de ceux-ci, de même qu’elle est stricte quant à qui peut gérer une officine. Un pharmacien qui souhaite investir dans plusieurs pharmacies ne pourra ainsi le faire que s’il est minoritaire dans les parts de la société. Il s’agira dès lors d’envisager une prise de parts minoritaires sachant qu’il est possible d’être minoritaire dans deux structures différentes. On ne peut être majoritairement associé que d’une seule pharmacie en ayant la qualité de pharmacien. Parfois, en contactant l’ARS et également le syndicat professionnel, quelques exceptions sont possibles si un investisseur non diplômé prend des parts pour une durée limitée et n’excédant pas cinq années.

Faciliter l’investissement dans une plus grande pharmacie en s’associant avec un tiers minoritaire

Etant donné que le rachat d’une pharmacie peut se compter en millions d’euros parfois, les primo-accédants doivent disposer d’un capital suffisant pour effectuer les levées de fonds bancaires nécessaires. Afin de faciliter les choses, la présentation d’un dossier de reprise comprenant un associé minoritaire ayant déjà sa pharmacie peut faciliter des accords de financement de la part des organismes prêteurs. Il reste toutefois intéressant de pouvoir identifier les rôles de chacun dans ce financement et de vérifier que la reprise est intéressante pour l’associé majoritaire. L’étude de la rentabilité de l’affaire pour le versement de dividendes est ainsi à réaliser avec l’aide de professionnels et d’experts-comptables. Une astuce juridique permet également d’envisager la prise de participations à l’aide d’une SEL dans différentes pharmacies. Le fait de le faire en société plutôt qu’en nom propre permet ainsi d’envisager une multiplication de des participations. Attention toutefois ici aux montages envisagés, solliciter un avocat du droit des entreprises (et même un fiscaliste) peut s’avérer parfaitement indispensables.

Alexandra

Alexandra est formatrice dans un centre dédié aux travailleurs en reconversion professionnelle. Elle a pour rôle d’évaluer les profils des stagiaires et de les orienter vers les programmes d’apprentissage les mieux adaptés à leur futur métier. Elle accompagne également les travailleurs tout au long du processus de reconversion, afin qu’ils puissent entamer sereinement leur nouvelle carrière.